« Car n’entend qu’un son, n’entend qu’une cloche »

Aujourd’hui, je vous propose deux vidéos à voir absolument. Vous ne le regretterez pas.

La première nous raconte la vie d’enfer dans le Donbass, province de l’Est de l’Ukraine bombardée depuis 8 ans par l’Armée Ukrainienne de Kiev parce que sa population parle Russe et refuse d’abandonner sa langue pour une autre qu’elle ne connait pas: 14 000 morts en huit ans sous les bombes tirées par décision de leur propre gouvernement.

Ce documentaire terrible a été réalisé par une femme, Anne Laure Bonnel reporter de guerre irréprochable que j’ai eu le privilège de rencontrer longuement à Paris en 2019 pour recueillir, en direct, son témoignage sur la situation au Donbass. Elle avait, à l’époque, rejoint l’école de journalisme de Paris, où elle avait un poste important dans l’organisation des programmes et où elle invitait des grands témoins à venir partager leur expérience de terrain avec les stagiaires.

Anne-Laure Bonnel a été interviewé récemment sur LCI, Cnews et BFMTV. Les journalistes de ces 3 chaînes avaient l’air de tomber des nues lorsqu’ils ont appris que le gouvernement ukrainien bombardait une partie de sa population qui était trop attachée à sa langue et à sa culture pour accepter de l’abandonner et qu’il y avait eu, tout de même, 14 000 morts dont ils avaient « oublié » de parler.

Regardez ce documentaire qui vient d’être mis en ligne le 3 mars dernier, partagez le. Celà fera peut être réfléchir un certains nombres de ceux qui, anesthésiés et/ou conditionnés par le bourrage de crane organisé par la « meute » des médias mainstream, ont trop souvent des avis péremptoires et définitifs sur les gentils et les méchants de la crise ukrainienne …

Le deuxième documentaire, tout aussi intéressant que le premier, a été réalisé par Paul Moreira. Il évoque notamment le rôle des milices ukro-nazies dont le président Macron nie l’existence. Il a pour titre « Ukraine : les masques de la révolution » . Mis en ligne le 6 novembre 2021, il été visionné 300 000 fois en quelques heures. Chacun pourra juger sur pièce:

Je ne voudrais pas être injuste et oublier une autre journaliste française qui est sur le terrain, dans le Donbass, depuis 8 ans. Il s’agit de Christelle Néant, qui publie des points de situation hebdomadaires sur la situation à l’Est de l’Ukraine..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.