La guerre civile a-t-elle commencé en France ?

On pourrait le penser au vu de l’assaut déclenché, ces derniers jours, contre les forces de police, les gendarmes et les pompiers dans différentes villes et communes françaises, à Lyon, Sevran, Limoges, Vitry-sur-Seine, Nangis, Épinal, Rouen, Toulon…

Qui sont les assaillants ?

À Limoges, on sait qui sont ces assaillants grâce à Émile Roger Lombertie, le maire LR de la ville. Ce sont « Ils ».

« Nous avons eu deux ou trois soirs un peu chauds où ils ont essayé de casser l’école Joliot-Curie et avec, petit à petit, une vraie organisation derrière », révèle-t-il.

C’est une indication d’importance. C’étaient « Ils ». Pas « Elles ». Et encore moins « On » qu’on blâme injustement tout le temps.

C’est ce que confirme le secrétaire général de la préfecture en précisant que c’étaient des « individus ».

Le Figaro donne plus de précisions. C’étaient de « nombreux individus », écrit-il.

À Sevran, ce sont encore des « individus » qui s’en prennent aux forces de l’ordre. Mais cette fois, ce sont « plusieurs individus », nous informe le même Figaro.

À Vitry-sur-Seine, c’étaient des « personnes », croit savoir l’AFP, reprise par les médias officiels français.

Des « émeutiers », précise le parquet de Créteil.

Des « criminels », clame le porte-parole du syndicat indépendant des commissaires de police, Matthieu Valet.

À Nangis, c’était « une minorité agissante », nous apprend la commandante de la compagnie de gendarmerie de la commune de Provins, Camille Leroy.

Ce sont les mêmes qui, partout, sèment le trouble et la panique. Avec force cocktails Molotov et mortiers.

Mais, heureusement, on sait qui c’est. Ce sont des « individus ». Il sera donc facile de les interpeller et mettre fin aux violences qu’« ils » occasionnent.

On sait aussi qu’ils sont bien armés.

Dans le quartier du Val de l’Aurence de Limoges, les affrontements avec la police ont duré près de cinq heures. Les « individus » ont pilonné les forces de police au mortier et aux cocktails Molotov pendant 5 heures. Une bataille qui a duré une demi-journée.

C’est dire que les « individus » ont un bon stock de munitions.

« Ils » ont plus de munitions que l’armée ukrainienne…

On a donc toutes les informations sur la guerre qui se déroule en France.

On sait qui sont les assaillants et quelles armes ils utilisent.

On ne peut pas dire que la presse officielle ne nous informe pas correctement…

Les « individus » qui s’attaquent aux forces de l’ordre sont de plus en plus nombreux, sont bien armés et ont, désormais, leurs représentants au Palais-Bourbon. Et dans des ministères aussi…

Alors, la guerre civile a-t-elle commencé en France ?

De l’éventualité d’une guerre civile en France, on en parle depuis au moins 20 ans.

On sent son souffle. Mais elle n’aura pas lieu.

Rassurez-vous, bonnes gens (de tous genres, dames et messieurs). Il n’y aura pas de guerre civile en France.

Pour une seule raison : la guerre, qu’elle soit civile ou classique, c’est comme le football. Il faut être au moins deux pour la faire.

En France, il n’y a qu’une seule équipe sur le terrain. L’équipe de la racaille.

Il n’y a personne pour la contrer.

Il y a bien des patriotes, mais ils ne constituent pas une armée comme celle des « individus », déterminée et bien organisée.

Les « individus » peuvent déclencher une offensive générale à n’importe quel moment.

Ils auront le dessus. La France leur appartient. La France sera musulmane ou ne sera pas.

Ils savent qui ils combattent. Ils savent qui ils veulent tuer.

Les patriotes français, eux, partent perdants tant que l’on n’ose pas nommer l’ennemi.

De toute façon, même si les patriotes gagnent, la justice de Dupond-Moretti invalidera leur victoire.

Les « individus » seront obligatoirement déclarés vainqueurs.

Pendant ce temps, Darmanin, garant de la sécurité des citoyens et citoyennes francais.es s’en prend courageusement aux seuls étrangers.

Il n’arrive pas à gober ce qu’il a enduré avec les supporteurs de Liverpool.

Allez, Moussa, tu pourras toujours te rattraper aux JO de 2024.

Mais, d’ores et déjà, un conseil désintéressé : la France ferait bien de délocaliser ces JO de Paris.

En Libye, par exemple.

BHL pourra te donner un coup de main.

Il s’y connaît, le BHL.

Vous formerez un magnifique duo : BHL-Darmanin.

Un magnifique duo concocté pour la destruction de la France.

Messin’Issa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.