Macronescu veut sa guerre contre la Russie !

Il a vaincu les Gilets Jaunes, terrassé la grippe pangoline et écrabouillé les Français. Maintenant il veut faire payer à Poutine l’humiliation de la table oblongue.

Dernier avertissement sans frais

Vlad ne rigole pas. Mais les dirigeants de l’Occident ne le prennent pas au sérieux.

Surtout Macronescu qui  a fait du clown Zigomyr le héros qu’il aurait tant voulu être. Bien décidé à l’armer jusqu’aux dents. En le poussant à l’attaque tel un pitbull enragé.

Face à l’intensification de l’aide militaire apportée aux Ukronazis par la France, l’Angleterre, l’Allemagne et la Pologne, la Russie ajuste sa stratégie en concentrant ses frappes sur les infrastructures ferroviaires, les aéroports, les entrepôts d’armements et les nœuds de ravitaillement.

L’armée russe a détruit une grande quantité des armes livrées à Kiev par les États-Unis et les pays européens. Un bon début. Nécessaire mais insuffisant.

Ils n’ont pas encore trop tapé sur les convois, mais ça ne saurait tarder.

Aucun pays en guerre ne peut tolérer que ses ennemis soient fournis en armes lourdes par des alliés opportunistes, se battant hypocritement par personnes interposées.

Tant pis si des mercenaires étrangers sont tués. Aucune importance stratégique. Mais en ne se contentant pas de fournir des soins médicaux et de la nourriture aux civils, et en se comportant en véritable belligérants, leurs pays risquent d’en payer le prix fort.

Ce ne sont pas des menaces en l’air !

Vlad a mis en garde les Occidentaux contre toute intervention extérieure pouvant déclencher la troisième guerre mondiale.

« Si quelqu’un a l’intention de s’ingérer dans nos affaires et de créer des menaces inacceptables pour la Russie, notre riposte sera rapide et foudroyante » a déclaré Poutine devant le Parlement russe, le 27 avril.

Et pour les gens qui ont la comprenette lente, il a rappelé que l’arme nucléaire serait utilisée sans hésiter, si nécessaire.

Ceux qui l’ont vu et entendu peuvent témoigner qu’il n’a pas du tout l’air d’un  homme au bout du rouleau, comme le prétend la propagande anti-Russe, mais apparaît comme le guerrier qu’il a toujours été, patriote, lucide et déterminé.

Pour les chochottes françaises qui ont abandonné sans se battre leur pays à des pouilleux, cette énergie relève de l’inconcevable.

Poutine a précisé : « La Russie n’hésitera pas à utiliser ses armes les plus modernes.  Nous avons des outils dont personne d’autre ne peut se vanter actuellement. Nous allons les utiliser s’il le faut. Et j’aimerais que tout le monde le sache. Toutes les décisions là-dessus ont déjà été prises »

On a compris qu’il faisait allusion aux missiles hypersoniques furtifs à têtes nucléaires multiples dont un seul pourrait effacer le Francistan et ses mosquées.

En tête d’affiche le Sarmat code Otan Satan 2 pour les opérations stratégiques. Portée intercontinentale. L’arme fatale si le sénile de Washington ne prend pas ses calmants.

En réserves pour des opérations tactiques de dégagement, ses petits frères hypersoniques également, le Kinjal à charge nucléaire ou conventionnelle au choix, lancé depuis des avions.

Et le Zircon sans l’option nucléaire pour le moment, lancé depuis des navires de surface ou des sous-marins. Mortel pour les porte-avions.

 Avant les opérations de libération du Donbass et de la Novorossia, les Russes se préparaient au pire

Une fois la Serbie écrasée sans que les Russes réagissent, feu la sorcière Albright s’était efforcée de convaincre le niais Clinton et le vaporeux Obama qu’il fallait profiter de la faiblesse momentanée de la Russie pour revendiquer une partie des colossales richesses de la Sibérie et de l’Arctique russe. Un virus modifié pourrait servir à dégager le terrain.

Histoire de remettre les pendules à l’heure, la marine russe avait déployé en septembre 2020 plus de 50 navires de guerre et une centaine d’avions pour  patrouiller près des côtes de l’Alaska.

« Nous menons des exercices militaires dans cette région pour montrer que nous sommes capables d’assurer la protection de nos ressources », avait déclaré l’amiral russe Nikolai.

Les programmes hypersoniques étaient suffisamment avancés et prometteurs pour se permettre cette mise au point.

Le psychopathe de l’Élysée ne risque pas grand chose

Il dispose du PC Jupiter, un abri anti-atomique sur plusieurs niveaux sous terre, recouvert de chapes de béton, aux plafonds plombés anti-radiations. Il l’a d’ailleurs étrenné au début de la crises des Gilets Jaunes lorsqu’il s’y était réfugié avec son Jean-Britt, craignant qu’on vienne le chercher comme il l’avait si aimablement proposé.

Mais quid des Français « ordinaires » ?

Ils devront trouver des sites de repli ne présentant pas d’intérêt stratégique ou économique, et y stocker de la nourriture et des armes.

Les lieux les plus sûrs : Des bourgades, des villages, mieux encore des fermes isolées à la campagne. Avec des caves. S’il y a des grottes avec des rivières souterraines dans le coin, c’est l’idéal. En location rurale ou en squattant quelques ruines, vous aurez peut-être une chance de faire partie des survivants.

Pour moi ça va merci, les centaines d’îles et d’îlots éparpillés sur un territoire maritime plus vaste que l’Eurasie ne seront pas des cibles prioritaires.

Tout peut arriver ensuite !

Quelques bombinettes de ci de là ne détruiront pas le monde. Depuis 1945, plus de 2000 explosions nucléaires officielles ont eu lieu, dont 543 en plein air.

Les Français ne sont pas en reste avec 210 essais dont 41 atmosphériques en Polynésie. On survit aux radiations si on reste à distance raisonnable. On a 15 minutes pour se planquer. Et au bout de 2 jours on peut sortir avec précautions.

Ensuite la nature reprend peu à peu ses droits. Demandez aux poissons des lagons.

Seule l’accumulation pourrait être fatale. Or le paltoquet est un obstiné. Un forcené. Un nuisible immature et complexé qui ne supporte ni l’échec ni la contradiction.

Sans faire de la psychologie de café du commerce, on peut craindre qu’après une première frappe d’intimidation, il fasse un gros caprice et expédie un essaim de bombes H sur Moscou. Statistiquement, une ou deux pourraient atteindre leur cible.

La riposte hypersonique signerait la disparition de la France. Pour les 70 % de cons qui ont reconduit le despote, ou laissé faire, il sera un peu tard pour se lamenter.

https://climatorealist.blogspot.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.