Je sors d’un Covid costaud, Véran voulait m’assassiner, Raoult m’a sauvée

Oui, j’ai manqué mes coups de gueule depuis vendredi dernier… j’étais effectivement aphone. Mais pas que…

J’ai été malade, bien malade, très malade, avec un Covid qui m’a foudroyée au soir d’une journée paisible, normale, sans aucun signal d’alerte.

36 heures de fièvre, toux, maux de gorge, vomissements etc. faisant penser à une gastro plus une grippe, plus quelque chose ressemblant aux suites des 100 coups de bâton que bien des islamos ont dû rêver de m’asséner.

Et me voilà samedi matin, vidée, rincée, avec des courbatures pas possibles, des maux de tête et de dos très pénibles, ne tenant pas debout même 5 minutes… je n’ai réussi à ouvrir l’ordinateur, au lit, que tard le vendredi soir et le samedi soir, une petite heure, avec bien du mal, pour préparer nos parutions du lendemain matin. Toutes mes excuses à tous ceux qui m’auraient écrit et n’auraient pas  reçu de réponse pendant ces derniers jours, voire qui nous auraient envoyé des articles que je n’aurais pas vus, impossible de tenir la route…

Je ne fais pas un article pour raconter mes états d’âme-de corps de covidée, Véran-Castex occupent suffisamment le terrain, mais pour pousser un gigantesque cri de révolte, un cri de haine absolue pour Macron-Véran-Castex et un cri d’amour, de pitié, de compassion pour tous ceux qui ont souffert du Covid et/ou en sont morts, à cause des assassins. Ce n’est pas nouveau, me direz-vous, mais ce que j’ai vécu m’a encore mieux fait mesurer  à quel point ces ordures méritent et le tribunal et la peine de mort, pendus haut et court après jugement, pas de justice improvisée, on n’est pas des assassins, nous.

Je reprends donc mon histoire.

Samedi matin j’étais vraiment pas bien, alors commence à rôder l’idée d’une aggravation, d’un manque d’oxygène, avec au bout la réa.

Et je pense alors que, au printemps 2020, Raoult dont je ne manquais pas une seule vidéo, conseillait de se procurer un petit appareil qui vaut 10 ou 15 euros, un oxymètre qui permet, en quelques secondes, de vérifier le taux d’oxygène simplement en mettant son doigt dans la pince constituée. Jamais je n’ai entendu le trio d’assassins au pouvoir conseiller et oxymètre, et vitamine D (qu’ils veulent interdire) zinc et plus si affinités !

Je retrouve l’oxymètre acheté il y a près de 2 ans et je mesure le taux d’oxygène : 92. Je lis ensuite le mode d’emploi et je découvre que, en-dessous de 94 c’est inquiétant, qu’il faut voir un médecin…

Là je suis perplexe et je commence à me dire que je suis malade d’un Covid et que je risque bien de faire une complication respiratoire ou cardiaque…  mais je ne veux pas consulter de médecin, on connaît la rengaine : si vous êtes positif isolez-vous (pour protéger les autres), priez pour que ça ne s’aggrave pas mais surtout n’essayez pas de soigner, c’est interdit. Ils osent même dire qu’on ne peut pas soigner ! Et ils l’interdisent histoire de bien imposer leurs cauchemardesques desseins.

Je fais donc un autotest. D’abord, la farce. Heureusement qu’en héritiers de Molière et de Rabelais on sait rire de tout et d’abord de nous-mêmes.

C’est la première fois, que j’ai à faire un autotest, je ne comprends rien au mode d’emploi (une immense feuille de papier avec le mode d’emploi en je ne sais combien de langues, donc écrit petit, sans explication inutile, et avec des dessins que je ne comprends pas,-c’est comme ça j’ai un souci avec les images, tout le monde sait chez moi que je confonds vache et cochon dessinés- ça s’appelle le souci de rentabilité…) je me retrouve avec un truc tout blanc sans même la ligne de test et je suis obligée de chercher un tuto sur Internet. Je découvre que la pas-douée techniquement a ouvert l’écouvillon du mauvais côté, mettant dans son nez le bout plastifié et tenant soigneusement la partie type coton-tige.  Ensuite je ne vois pas ce qu’on doit mettre dans la plaque de test, le coton-tige, la capsule ? On le met où le produit ? Bref je fais n’importe quoi. Au moins ça fait rire tout le monde, ils n’auront pas réussi à nous interdire le propre de l’homme selon Rabelais, le rire.  Mais d’homme, les Pol-pot qui nous gouvernent n’ont plus rien.

Je recommence avec un autre autotest. Positif. Aïe. Mais ça a le mérite d’être clair.

Que faire ? Il y a le feu au lac, je ne vais pas bien mais pas au point me semble-t-il d’aller aux urgences, et pour quoi y faire ? J’ai beaucoup d’inquiétudes sur les « protocoles » de Big Pharma qui sont testés sur les malades en ce moment dans trop d’hôpitaux… A vrai dire, je n’ai plus confiance dans la médecine officielle et la médecine covid tout particulièrement…

Alors je me souviens qu’en 2020, quand l’interdiction de délivrer de l’hydroxychloroquine avait été levée, en juillet, un ami médecin en exercice (à l’époque, depuis il a  renoncé pour ne pas avoir à se vacciner) m’avais prescrit une boîte d’hydroxychloroquine et une autre d’azithromycine… ça avait été la croix et la bannière pour les obtenir, la pharmacienne disant que c’était interdit et s’obstinant quand je lui parle du décret de juillet 2020 annulant l’interdiction à dire  qu’elle ne sait pas, que c’est contre sa conscience etc. Bref, devant mon obstination et peut-être parce qu’elle ne voyait pas comment elle allait pouvoir fermer sa pharmacie avec le crampon avait fait le geste de me délivrer une boîte de chaque… Et me prévenant de ne pas y revenir…

Bref, vu mon état je me suis dit qu’il était plus que temps d’utiliser le protocole Raoult, c’était là ou jamais… et donc depuis samedi soir je prends religieusement les quantités prescrites qu’il avait clairement données il y a 2 ans… Alors d’aucuns diront peut-être que c’est l’effet placebo, mais je vais nettement mieux et l’oxymètre oscille entre 95 et 96 ! Un hasard ? Je n’y crois pas.

Un  fait. Et un fait qui depuis 2 jours me met dans un état de rage plus fort que jamais.

On a des traitements qui soignent, qui peuvent empêcher l’immense majorité des cas graves… et on les a interdits ! On a laissé des dizaines de milliers de personnes souffrir, périr, rester diminuées alors qu’on pouvait les soigner !!!

Encore aujourd’hui vous êtes positif… on vous dit de rester chez vous avec du Doliprane ! C’est monstrueux, plus que monstrueux !

Tous ces Français moyens qui respectent la loi, qui n’ont pas (eu) la chance de connaître « des gens qui », des circuits parallèles, que sais-je ? Ils ont été délibérément sacrifiés sur l’autel de big Pharma et du grand Reset, consacrés en victimes expiatoires par des fous furieux, des assassins éhontés et fiers de leurs œuvres.

Je pèse mes mots et je suis prête à les répéter devant n’importe quel tribunal. Oui, je suis dans une colère noire de chez noire….

Quand, dès le 13 janvier 2020, Buzyn interdit la vente sans ordonnance de l’hydroxychloroquine utilisé dans le monde entier depuis 50 ans et en vente libre ; quand, dès les 23 et 26 mars 2020, Véran interdit carrément aux pharmaciens de vendre l’hydroxychloroquine, quand en mai le Lancet sort une étude bidonnée sur l’hydroxychloroquine au prétexte de laquelle, malgré les preuves des bidonnages, Véran interdit les expériences en cours avec l’hydroxychloroquine, il est évident qu’il ne saurait y avoir de hasard. Ce sont des faits, et toutes leurs paroles, toutes leurs mises en scène, tous leurs mensonges ne sauraient les faire disparaître

Il fallait supprimer les traitements pour que Pfizer et compagnie éclusent leur saloperie à ARNm qui est en train de tuer ou handicaper nombre de nos enfants. Rien que ça.

Oui, Macron, Véran, Castex, assassins !

Si je suis encore en vie aujourd’hui, si je peux aujourd’hui écrire cet article c’est uniquement grâce à Raoult, Perronne, Henrion-Caude et tous les résistants. Je ne vends pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, je sais que j’ai peut-être commencé le traitement trop tard ou qu’il me fallait du plus fort et que je ne suis pas sortie d’affaire à 100 pour cent et qu’il faut attendre quelques jours pour le savoir. Mais cela ne change rien à ma colère ni à ma démonstration.

Si Raoult dès le début n’avait pas expliqué que les Chinois soignaient très bien le covid  avec l’hydroxychloroquine, etc. peut-être que je n’aurais pas vu, pas compris avant un certain temps l’ampleur des mensonges, manipulations, devant lesquelles le trio d’assassin n’a pas reculé.

S’il n’avait pas fait ses videos du mardi je n’aurais pas compris, moi, petite littéraire ne s’étant jamais intéressée à la médecine,  à quel point il se passait des choses graves impensables, je n’aurais pas acheté l’oxymètre, je n’aurais pas demandé à un médecin ami hydroxychloroquine et compagnie. D’ailleurs je n’en ai plus, forcément. On va demander au prochain variant issu de leurs vaccinations folles d’essayer de passer au large de ma porte, parce que, je ne me fais pas d’illusions, les autres vont continuer d’interdire pour faire vendre les thérapies géniques, par vaccin dans le bras, par vaccin nasal, par médicament journalier Pfizer aussi efficace que le medoc que la Lacombe nous vendait sur les plateaux. Yabon la légion d’honneur.

Ceci est un cri. Un énorme cri de révolte et de haine. Je n’ai pas encore retrouvé ma voix mais ma plume s’en fait l’écho.

Oui soyons prêts à marcher sur Paris, sur Bruxelles… partout où nous aurons une chance d’ébranler ce régime d’assassins !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.