Le Maire croyait détruire l’économie russe : Poutine lui coupe le gaz !

Le Maire croyait détruire l’économie russe. Poutine lui coupe le gaz !

Heureux les Hongrois qui auront tout le gaz nécessaire cet hiver, à prix cassé, grâce à Viktor Orban qui a refusé les sanctions suicidaires et a négocié directement avec Poutine. Voilà ce que j’appelle un véritable homme d’Etat, qui pense à son peuple en priorité. Le négatif d’un Macron.

https://www.fdesouche.com/2022/08/30/crise-de-lenergie-preparant-le-scenario-d-un-hiver-particulierement-dur-le-maire-appelle-chacun-a-faire-preuve-de-sobriete/

Présent aux rencontres des entrepreneurs de France, notre lumière de Bercy, qui prétendait mettre la Russie à genoux, a déclaré :

« Il sera peut-être nécessaire de réduire sa consommation d’énergie, chez soi, comme dans les transports », ajoutant « qu’il faut trouver d’autres sources d’approvisionnement pour le gaz ».

Mais pour moi ça doit être la toute dernière option parce qu’il ne faut pas ajouter une crise économique à la crise énergétique“.

Le prix du mégawattheure est ainsi passé de 85 euros l’an dernier à 1300 euros la semaine dernière. Macron a cru naïvement que les sanctions fonctionnaient à sens unique.

Et bien entendu, tous nos problèmes sont la faute à Poutine.

Depuis 2014, les Occidentaux arment l’Ukraine, mais c’est Poutine l’agresseur.

Depuis 2014, les Ukrainiens persécutent, torturent et tuent les populations russophones du Donbass, mais c’est Poutine le boucher et le criminel de guerre

Depuis février 2022, l’Occident a lancé sept trains de sanctions contre la Russie, mais c’est ce salaud de Poutine qui ose utiliser l’arme du gaz contre l’Europe

Si la France est aux abois et risque de subir une récession catastrophique faute de ressources énergétiques, si les factures d’électricité vont exploser, la faute en incombe totalement à Macron, qui d’une part, a fermé Fessenheim en se soumettant à la dictature des ayatollahs de l’écologie et d’autre part, est resté les bras ballants pendant cinq ans au lieu de relancer la filière nucléaire où notre pays excellait depuis des décennies. Hollande n’a pas fait mieux, il est vrai. Dix ans de perdus.

Or, bénéficier d’une électricité nucléaire à bas prix était le seul atout compétitif de nos entreprises par rapport à l’Allemagne. Mais Macron a torpillé sciemment EDF au profit des éoliennes et des panneaux solaires, malgré leur rendement insignifiant, leur coût démentiel, leur laideur et leurs nuisances insupportables. Le résultat est que nous importons de l’électricité au prix fort.

De Gaulle avait compris dès 1960 qu’il fallait assurer à la France sa sécurité et son indépendance énergétique, car si notre pays sait tout faire, il manque cruellement de matières premières.

Avec une soixantaine de réacteurs, notre parc nucléaire était le fleuron de notre industrie.

Mais non seulement Macron a fermé Fessenheim, mais la loi Energie Climat de 2019 prévoit de réduire à 50% la part du nucléaire dans notre production d’électricité. 14 réacteurs seront arrêtés si cette loi est maintenue d’ici 2035, donc demain.

A ce jour seuls 28 réacteurs sont opérationnels sur 56 pour des raisons de maintenance ou de corrosion. La production touche un plus bas historique.

Par ailleurs, EDF est tenue de vendre 30% de sa production à ses concurrents, au prix de 46 euros le mégawattheure. Ce qui signifie qu’EDF est contrainte d’acheter l’électricité sur le marché européen à 400 euros le Mwh, pour en revendre une partie à 46 euros à des concurrents qui le revendront 400 euros !

C’est beau les règles de concurrence européenne.

Le résultat est une perte de 8 milliards pour EDF, une quasi faillite en vue et une nationalisation programmée. Le contribuable paiera.

On nage en plein délire d’une économie artificielle à 100% imposée par Bruxelles.

Ajoutons que si Macron a annoncé la relance du nucléaire, rien n’est encore décidé. Ou bien il a peur des Verts, ou bien il veut torpiller la filière définitivement.

Car l’urgence pour le fossoyeur de la nation, a été de simplifier les procédures d’installation des éoliennes et des panneaux solaires. Les riverains auront de moins en moins de possibilités de recours. Le nucléaire quant à lui, attendra encore, alors qu’il faut dix ans au bas mot pour construire une centrale. Mais Macron étant réélu, que lui importe l’avenir de la France ?

En attendant, préparons-nous à geler cet hiver.

Jacques Guillemain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.