Cerné par les affaires, le numéro 2 de l’Élysée doit démissionner

Il décide de tout et ne répond de rien. Il choisit la direction économique du pays, comment nos impôts sont dépensés et quelle entreprise va en profiter (souvent celle de sa famille et de ses amis).
Emmanuel Macron ? Oui mais pas que. Laissez-moi vous parler de son homme de main : Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée et véritable chef du gouvernement.
Dans le gouvernement Macron, Kohler pèse plus que le Premier ministre (désolé Jean Castex) mais il fuit la lumière. Peut-être parce qu’il souhaite à tout prix éviter qu’on apprenne qu’il utiliserait nos impôts afin de garantir des milliards d’euros d’argent public pour l’entreprise de sa famille ou qu’il aurait ruiné les géants français Suez, Veolia et Engie pour arranger ses petits amis.
Kohler, visé par plusieurs enquêtes judiciaires et convoqué par l’Assemblée nationale, se fait champion du monde de l’esquive quand il n’est pas directement protégé par Emmanuel Macron.
Personne n’a élu Alexis Kohler, son immunité présidentielle doit prendre fin maintenant !
Exigez la démission immédiate d’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée.
Les frasques de Kohler sont tellement nombreuses et compliquées à expliquer qu’elle font l’objet d’un documentaire du média Off Investigation, de plusieurs articles d’une dizaine de pages sur Mediapart. Elles sont aussi documentées par les enquêtes du journaliste d’investigation Marc Endeweld. Pour simplifier, deux gros scandales entourent Alexis Kohler.
Le premier, est une sombre histoire d’argent public qu’il a directement réorienté vers MSC, le géant du transport maritime (et de la fraude fiscale), propriété de Gianluigi Aponte, qui est le cousin d’Alexis Kohler. Le secrétaire général de l’Élysée a passé des vacances sur le yacht de la famille Aponte et a même été directeur financier de MSC alors même qu’il travaillait sur la campagne d’Emmanuel Macron en 2017. À chaque fois qu’il prenait des décisions favorisant MSC, au sein du ministère des Finances, à l’Élysée, ou encore comme administrateur de l’État au port du Havre, Kohler prenait soin de dissimuler ses liens avec MSC et la famille AponteOn parle « de centaines de millions, voire de milliards » d’euros selon la journaliste Martine Orange.
Le second scandale concerne l’OPA (Offre Publique d’Achat) de Veolia sur Suez. Écartant Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, d’un revers de la main, Alexis Kohler est intervenu plusieurs fois pour aider ses amis de Veolia à écraser leur concurrent direct Suez. Kohler, qui n’est même pas censé s’occuper de ce dossier, aurait utilisé le pouvoir que lui confère la fonction publique pour pousser ses propres intérêts ou ceux de sa clique. Mais c’est aussi un problème parce que depuis, les trois entreprises françaises impliquées dans cette OPA, les géants de l’eau Suez et Veolia ainsi que le géant de l’énergie Engie, sont dans la tourmente. À terme, cela pourrait se traduire par une augmentation des prix de l’énergie et de l’eau ainsi que par de possibles licenciements.
​​Kohler ne peut continuer à jouer impunément avec notre argent.
Réclamez la démission immédiate d’Alexis Kohler !
À quelques mois des élections présidentielles, Emmanuel Macron veut à tout prix éviter d’être éclaboussé par l’affaire Kohler. C’est pourquoi il est indispensable de mettre la pression maintenant.
Ensemble, vous pouvez le faire, parce que vous l’avez déjà fait auparavant. Il y a à peine deux semaines, la mobilisation de milliers de membres de SumOfUs comme vous avait participé à faire renvoyer le directeur général d’Orpéa qui organisait la maltraitance des personnes âgées dans ses Ehpad. Il y a quelques mois, les membres de SumOfUs forçaient le gouvernement Macron à abandonner l’octroi de garanties financières à Total pour un forage désastreux dans l’Arctique.
Vous pouvez mettre fin aux magouilles de Kohler une bonne fois pour toutes !
Demandez qu’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée, quitte ses fonctions sans plus attendre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.