Les sondages, c’est pour que les gens sachent qu’ils doivent penser (Coluche)

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal,

mais par ceux qui les regardent sans rien faire.

(Albert Einstein)

 

Mes chers compatriotes,

Ne vous fiez pas aux sondages menteurs et trafiqués. Dans la conjoncture actuelle, tout peut arriver et plus que jamais votre voix sera d’une importance capitale pour la France.

Avec 47 millions d’électeurs inscrits, le choix que vous aurez à faire le 10 avril se résume peut-être à une seule question :

 » Voulez-vous que la France redevienne la France, ou voulez-vous au contraire la laisser se noyer dans la submersion migratoire, et se dissoudre – en attendant pire – dans un conglomérat politico-administratif européen, ouvert à tous vents et dirigé par des fonctionnaires non élus ? « .

En d’autres termes, la France doit-elle continuer de glisser vers le mondialisme, ou doit-elle au contraire tout faire pour récupérer sa souveraineté ?

Pour aider à répondre à cette question, je vous livre cette pensée de Chateaubriand, très actuelle, bien que parue en 1850 dans les  » Mémoires d’Outre-tombe « , et citée par le général de Gaulle en 1962…

 » Quelle serait une société universelle qui n’aurait point de pays particulier, qui ne serait ni française, ni portugaise, ni italienne, ni russe, ni tartare, ni turque, ni persane, ni indienne, ni chinoise, ni américaine, ou plutôt qui serait à la fois toutes ces sociétés ?
Qu’en résulterait-il pour ses mœurs, ses sciences, ses arts, sa poésie ?
Comment s’exprimeraient des passions ressenties à la fois à la manière des différents peuples dans les différents climats ?
Comment entrerait dans le langage cette confusion de besoins et d’images produits des divers soleils qui auraient éclairé une jeunesse, une virilité et une vieillesse communes ?
Et quel serait ce langage ?
De la fusion de sociétés résultera t-il un idiome universel, ou bien y aura-t-il un dialecte de transaction servant à l’usage journalier, tandis que chaque nation parlerait sa propre langue, ou bien les langues diverses seraient-elles entendues de tous ?
Sous quelle règle semblable, sous quelle loi unique existerait cette société ?
Comment trouver place sur une terre agrandie par la puissance d’ubiquité, et rétrécie par les petites proportions d’un globe fouillé partout ?
Il ne resterait qu’à demander à la science le moyen de changer de planète « .
(Mémoires d’Outre-tombe, 1850)

Marc Le Stahler
18 mars 2022

Minurne – Résistance
est partenaire co-fondateur
avec le général Christian Piquemal
de l’Observatoire du Risque Génocidaire (ORG)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.