Emmerdons Macron un max !

Il n’y a pas que les non-vaccinés que Macron emmerde. Ce sont quasiment tous les Français depuis bientôt cinq ans qui en ont « ras le bol » des augmentations des taxes, des prix de l’énergie, des denrées alimentaires, et des dépenses somptuaires qui ruinent la France et qui auraient pu être facilement évitées.

En 2018, une simple augmentation de taxe – soi-disant écologique – de +17 cts sur les carburants avait enflammé la France pour un an avec les dégâts qui s’en sont ensuivis.

Macron a-t-il entendu la détresse et la colère des Gilets jaunes ? Bien sûr que non. Sa seule préoccupation étant d’engranger un max de pognon, quitte à faire crever les plus démunis d’entre nous.

Après deux ans d’une pseudo-pandémie, de mensonges d’État, tous plus grossiers les uns que les autres, ce sont 12 millions de pauvres qui survivent dans notre pays pendant que nos « élus » se gobergent à nos frais. S’en préoccupent-ils ? Ne rêvons pas ! Leur inquiétude pour notre sort ne durera que le temps des élections. Une fois ces dernières terminées, leur indifférence reviendra au triple galop.

Les prix des carburants routiers connaissent, depuis la rentrée de septembre 2021, une augmentation sans précédent. L’essence et le gazole battent tour à tour des records de cherté à la pompe, frappant de plein fouet le pouvoir d’achat des Français. Or, qui fait le plein régulièrement ? Pour la très grande majorité, des personnes qui travaillent et qui n’ont d’autre choix que d’utiliser leur véhicule, surtout en zone rurale où les transports en commun sont inexistants et où il faut parfois faire jusqu’à 25 km pour trouver un supermarché. Alors, certains dirons « qu’ils n’ont qu’à habiter en ville » ! Bien sûr ! C’est pratique pour traire 40 vaches tous les matins… Vous faites comment ? Vous leur faites prendre l’ascenseur chacune à son tour ?

La hausse des prix des carburants est officiellement attribuée à la reprise économique internationale. Néanmoins, soyons lucides, sur un litre de SP95 à 1,66 € (c’était il y a deux semaines), l’essence ne coûte que 0,541 €. Reste 1,119 € qui ne sont… que des taxes ! Même constat sur le gazole, au prix de 1,56 € à la pompe voici quinze jours. Sans les taxes il ne devrait nous coûter que 0,529 €.

Il est évident que si le gouvernement voulait réellement alléger la facture des Français, il lui serait facile de le faire en un claquement de doigts. Le gouvernement peut par conséquent tout à fait agir de façon significative pour contenir les hausses des prix des carburants dues au contexte international…
Seulement voilà, force est de constater que l’État tire un énorme avantage de la hausse des prix des carburants depuis septembre 2021. Le montant de la TVA s’applique en effet sur le prix du pétrole : si ce dernier augmente, l’argent généré par les taxes grimpe en conséquence. En 1 trimestre, l’État Macron a réussi à engranger sur notre dos 4,5 milliards d’euros supplémentaires, juste avec la hausse du prix des carburants.

Vous comprenez maintenant pourquoi ils s’en foutent ?

D’une part, il est économiquement faux de parler d’un « coût » pour l’État en cas de baisse des taxes, mais il est également hypocrite de parler d’un éventuel manque à gagner, alors que la flambée des prix à la pompe bénéficie en réalité largement à l’État et constitue un « trop-perçu » comparativement à la normale. Trop-perçu qui devrait bénéficier aux Français par un juste retour d’investissement. Car, ne l’oublions pas, l’État ce n’est pas Macron et ses guignols, c’est nous ! Eux ne sont que nos représentants, nos VRP ! Par conséquent, ce trop-perçu nous est dû. Il ne s’agit que d’un juste remboursement et rien d’autre.

De plus en plus déconnecté des attentes des Français, Macron nous avait proposé « en dédommagement » une aumône de 100 €, sous forme d’indemnité inflation, pour tous les Français dont les revenus mensuels étaient inférieurs à 2000 € nets. Excellent calcul si l’on considère que plus de 60 % de ces 100 € vont retourner sous forme de taxes directement dans la poche de l’État ! Un véritable « foutage de gueule » qui n’a en aucun cas permis de soulager significativement et durablement le budget des Français, qui s’appauvrissent de plus en plus du fait en grande partie de la flambée des prix à la pompe.

Dans le même registre, Macron et sa clique de pieds nickelés viennent d’annoncer une deuxième « grande » mesure : un relèvement de 10 % de l’indemnité kilométrique. Là nous touchons au sublime de l’escroquerie. En effet, qui touche des indemnités kilométriques ? La majorité des salariés qui utilisent leur voiture personnelle, faute de mieux, pour se rendre au travail, ne sont même pas pris en charge par l’employeur dans la plupart des cas. Ils ne font pas non plus de déclaration d’impôts aux frais réels. Par conséquent, une chose est certaine, l’État ne risque pas de se ruiner en remboursement de frais !

Cette situation est malheureusement amenée à perdurer et le gouvernement n’a aucun intérêt financier à agir concrètement en procédant à une réforme sur la fiscalité pesant sur les carburants.

Pour protester contre la hausse des prix des carburants, l’association « 40 millions d’automobilistes » a eu une bonne idée : elle appelle tous les usagers soucieux de préserver leur droit à la mobilité et leur budget à conserver leurs tickets de plein de carburant et de les envoyer directement à Emmanuel Macron.

Pour une fois c’est nous qui allons emmerder l’emmerdeur !

N’oubliez pas de demander le ticket de caisse lorsque vous effectuez votre plein !
Conservez-le précieusement puis glissez votre ticket dans une enveloppe à l’attention d’Emmanuel Macron.
Fermez l’enveloppe et envoyez le courrier sans l’affranchir ; il n’est en effet pas nécessaire de timbrer une lettre à destination du président de la République.

La démarche a pour but de montrer au « pouvoir » l’ampleur des difficultés rencontrées chaque jour par les Français pour utiliser leur véhicule. Ne rêvons pas néanmoins, il en faudra plus pour amener les dirigeants politiques à prendre des mesures plus justes, à moins que devant les millions de tickets reçus par la poste, ils ne soient pris d’une lueur de lucidité.

Avantage de l’opération : cet acte est gratuit, puisque l’envoi d’un courrier au président de la République ne nécessite aucun affranchissement.

Et pour ceux qui n’auraient pas l’adresse :

Monsieur le Président de la République Emmanuel Macron
Palais de l’Élysée
55 rue du Faubourg-Saint-Honoré
75008 Paris

N’oubliez pas d’apposer la mention « PERSONNEL » sur l’enveloppe. Des fois qu’il penserait ne pas être le bon destinataire…

Valérie Bérenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.