Macron est-il en train de mettre en place un contrôle social à la chinoise ?

Partager

Si j’avais posé cette question en 2019, tout le monde aurait souri. Voyons, tout ce qui est excessif est insignifiant !  À l’époque, les grands quotidiens condamnaient unanimement la Chine pour sa féroce répression des manifestations étudiantes hongkongaises ; ils dénonçaient également le contrôle de l’information et la propagande du parti communiste… Toutes les bonnes âmes journalistiques chantaient l’hymne à la révolte de cette jeunesse héroïque, luttant contre la tyrannie, et ils juraient leur foi en la liberté et en la démocratie, à l’occidentale, qui devait tôt ou tard s’installer partout sur le globe.

Deux ans plus tard ? Plus personne ne sourit, les journalistes ont perdu leur lyrisme, ils détournent la tête pour ne pas voir les faits dérangeants, ils évitent de traiter l’information du contrôle social et ils attaquent au contraire le libre arbitre et la liberté du non vacciné, au nom de la solidarité et du devoir sanitaire ; des politiques commencent même à louer le système chinois, comme les sénateurs Véronique Guillotin, Christine Lavarde et René-Paul Savary dans leur rapport sur « Le recours aux outils numériques ».

Pourquoi un tel revirement ?

Ce revirement est certainement dû au patron de Davos, Klaus Schwab, qui dans son essai The great reset en 2020 a expliqué que le système libéral ne faisait plus rêver, qu’il avait échoué dans de nombreux domaines comme l’écologie, le partage des richesses et la démocratie. De ce fait, pour conserver le système et le réformer, il fallait contrôler les populations hostiles à leur projet.  La Chine qui avait de l’avance dans ce domaine, par la magie de l’intérêt, passait d’ennemi à modèle, l’épidémie de covid était une divine surprise selon Schwab pour instaurer ce contrôle social.

Mais comment le mettre en place ? Cela ne parait pas évident de faire passer une opulente démocratie dans le chas étroit de la dictature.

Il est clair que l’on ne peut pas l’imposer en un seul jour, il faut détruire pas à pas la conscience démocratique (l’Europe !), rétrécir le champ des contre-pouvoirs, amaigrir les partis d’opposition par des attaques sans relâche, alléger les médias des journalistes dissidents, bref rendre notre démocratie défaillante selon le jugement du Time anglais  à notre égard… Mais il y a pire.

Après le hamburger, le coca, le rap, le woke, voilà le nudge. On a l’impression que tout ce qui nous vient d’Outre-Atlantique a pour but de démolir la santé physique ou psychique des Français. Nudge, signifie le coup de pouce en anglais, cela peut paraître sympathique à première vue, c’est une technique pour inciter des individus ou l’ensemble d’un groupe humain à changer tels comportements ou à faire certains choix sans être sous contrainte ni obligation et qui n’implique aucune sanction. L’exemple le plus cité est la mouche dessinée au fond des urinoirs de l’aéroport Schipol près d’Amsterdam pour éviter les éclaboussures, le pisseur visera la mouche et économisera donc des frais de nettoyage. Le nudge se confond dans ces conditions avec des formes incitatives ou pédagogiques.

Mais il a été adopté et vanté par Obama, ce qui déjà nous incite à nous méfier, et puis il s’agit bien de modifier le comportement de l’individu.

En effet, comment conserver la frontière entre incitation et manipulation ?   Quelle est la place du libre arbitre ? Car on ne peut accepter le nudge que si on en a conscience.

Mais voilà, les sociétés ont vite adopté sa version obscure le dark nudge ou le sludge, littéralement la boue, ce n’est plus un coup de pouce, on va vous tordre le bras.

Nous en sommes tous victimes, par exemple, quand nous devons résilier un contrat et que les barrières, procédures trop longues ou services téléphoniques qui ne répondent jamais à nos appels ont pour but de nous décourager, et nous abandonnons de rage notre mise. Ceux qui ont essayé de se faire rembourser certains billets d’avion pendant la pandémie ont dû fermement batailler, alors que les compagnies aériennes devaient légalement rembourser leurs clients.  Le sludge vous prive donc de vos droits pour permettre aux sociétés de faire des profits…

Et Macron dans tout cela ? Et bien lors de la pandémie de Covid-19, la “Nudge unit” de l’entreprise BVA conseille le gouvernement français sur des leviers permettant d’inciter les Français à adopter un comportement adéquat aux attentes ! (Source le Monde). De la manière la plus anti-démocratique, à la tête d’une force politique qui a perdu toutes les élections et qui n’a donc plus de légitimité démocratique, Macron nous manipule avec ses conseillers en sciences cognitives pour asseoir définitivement son pouvoir.

Oui, ce gouvernement corrompu, menteur ne peut plus officier au grand jour, il va agir dans l’ombre, il va tordre le bras des Français.

Il va agir premièrement sur notre comportement  par le conditionnement, il suffit de répéter mille fois le même élément de langage.  Les journalistes vont jouer les supplétifs de la Macronie en répétant ad nauseam que le vaccin protège des formes graves. Je trouve terrifiant lorsque je discute avec un vacciné qu’il me répète cette phrase, je lui oppose à son mantra d’où vient sa source. Olivier Véran ? BFM ?  Il n’a aucune source scientifique, juste une phrase que l’on lui a greffée dans sa mémoire. Je rappelle que ce sont les vaccinés qui meurent majoritairement, comme vient nous le dire inopinément Karine Lacombe en personne.  Les sondages bidons permettent aussi de jouer sur le comportement des indécis, qui ont la fâcheuse tendance de vouloir être dans le camp des vainqueurs. Placarder dans la presse, Macron a 45 % d’opinion favorable alors que plus de 75 % des Français veulent son départ est une manipulation grossière !

Ensuite, les représentants de la majorité et leurs relais vont jouer sur les peurs et modifier les réflexes ou les pensées des plus fragiles, ils expliquent ainsi que le non vaxx est un abruti, un obscurantiste, le responsable des épidémies, il recrée  de toute pièce le bouc émissaire, victime idéale pour masquer les échecs successifs de Macron. C’est une forme de sludge la plus insidieuse.  Cette stratégie a pour but de modifier votre perception de l’autre, et de transformer les non vaccinés, votre voisin ou l’individu croisé dans la rue, en des êtres dangereux, de sorte que le naïf va approuver la politique de répression du gouvernement, qui le protège. Cette méthode fonctionne plus particulièrement sur les personnes âgées, terrorisées par cette maladie. Créer des sujets de tension et de rejet entre vaccinés et non vaccinés est tout bénéfice pour le gouvernement, puisque la majorité est vaccinée.

Mais pour obtenir cette majorité de vaccinés, il a fallu l’instauration du passe sanitaire, dont on a compris qu’il n’avait rien de sanitaire, il fallait tordre le bras des Français non vaccinés, leur faire une vie de merde pour reprendre la terminologie d’un conseiller de Macron, les forcer à la vaccination comme l’avait affirmé le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari. Cette méthode est du pur dark nudge, on modifie votre comportement par la pression, les jeunes se sont rués sur la vaccination pour boire un demi en terrasse.

D’ailleurs, Martin Blachier le reconnaît volontiers, le passe sanitaire n’a rien de sanitaire et cette mesure est même indéfendable… Et il ajoute qu’il est pour  faire payer les test PCR aux non vaccinés, même s’ils paient des cotisations comme les autres, Blachier ajoute :  vous n’avez pas eu les bons comportements donc on ne va pas vous prendre en charge de la même façon… tant pis pour vous ! Il s’agit bien de punir les citoyens de leur mauvais comportement, leur faire payer leur opposition a un pouvoir illégitime et totalitaire. Et il conclut, le gouvernement ne lâche pas l’affaire ! On appréciera cette formule de racailles, qui sent la voix de son maître, qui, excédé par la révolte des femmes et des hommes encore libres, se venge sur eux. Des procédés de gangster comme dirait Raoult, sans foi, ni loi.

Voilà ce passe sanitaire associé au non-remboursement des tests sanitaires, ce sludge, devient officiellement du contrôle social. On punit les gens qui n’ont pas le bon comportement selon une norme obscure et non démocratique.

Et les choses s’enchaînent, deux sénateurs  PS jouent les sous-marins pour Macron, ces Carlitos et Mac Fly de la politique proposent le vote par correspondance ! Darmanin planche dessus ! Castaner avait essayé deux auparavant de lancer un projet similaire, mais face au tollé, il avait reculé.  Nous entendons peu de voix se dresser devant ce projet honteux, alors que l’audit de l’élection présidentielle de l’Arizona nous rappelle que cette pratique  permet une tricherie massive !

Macron a créé également une commission sur le complotisme et la désinformation afin de mieux contrôler ses adversaires. Nous en avons vu une triste illustration lors du débat Mélenchon/Zemmour ou le fast checkers a contredit Éric  Zemmour sur le Grand Remplacement, en citant comme source un démographe proche du pouvoir PS, qui a la triste habitude depuis 30 ans de tordre le bras à la vérité !

Blachier, Macron et Schwab nous annoncent une société ou le libre arbitre n’existera plus, chaque achat, chaque déplacement, chacun de nos choix seront sous contrôle, nos votes seront encadrés comme l’information. Bienvenu dans Le meilleur des mondes chinois !

On ne rit vraiment plus, nous avons compris que ces ultralibéraux, mondialistes, européistes sont en train de nous installer 1984 d’Orwell pour ne pas perdre leur pouvoir et leur fortune. Les Français ont cru qu’ils sauvaient leur proche en se faisant vacciner, non ! ils préparaient l’avènement d’une dictature.

Marquis de Dreslincourt

A propos de l'auteur

4 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Burton
Burton
12 jours il y a

Le premier levier a été celui de la peur, dès le début de la covid19 les médias se sont acharnés à instiller la peur dans le cerveau des français.
Le levier de la peur est essentiel à la manipulation de masses et c’est le premier à mettre en œuvre. La peur fait perdre toute capacité de réflexion, passé ce cap on peux peux tout faire croire, tout faire accepter.
Il a fallut des millions de croix pour faire la France, je crains qu’il n’en faille d’autres pour la sauver.

You may also like these