Affaires criminelles 28 Eure-et-loir

<<Retour à la carte

Année 1937-Ces étrangers jugés « indésirables » à Chartres, en 1937…

Deux « israélites » appréhendés, gare de Chartres. Toujours le jour de la Saint-André, la police appréhende à la gare deux « Israélites » porteurs d’un panneau rédigé en français et en allemand sur lequel ils demandaient aide et assistance pour gagner la Palestine, où avaient déjà émigré près de 300.000 juifs. L’un était originaire de Leipzig, l’autre de Mlawa qu’il avait fui pour échapper à un pogrom : « Où voulez-vous que j’aille, dit-il au juge, tous les jours en Pologne, ce sont les cris : “mort aux juifs !” En Allemagne, il y a Hitler et en Italie, Mussolini. »

Année 1964-Le Crédit Mutuel de Bonneval, théâtre d’un hold-up… par le roi des caïds

Le 22 janvier à 15 heures 30, une 403 se gare rue de Grève non loin de la succursale du Crédit Mutuel. L’épouse du directeur fait ses comptes, sa petite fille à ses côtés. Calme plat, aucun client.

Tout à coup, trois individus, coiffés de casquette et le visage dissimulé des passe-montagnes, font irruption. Le premier saute par-dessus le comptoir, braque son arme sur la femme, la somme de lui remettre le million de francs de la caisse. Dans le même temps, un second gangster se rue au fond de l’agence, dans le bureau du directeur, où repose le coffre-fort. « Ouvrez-le en vitesse et pas un mot », ordonne-t-il à l’épouse terrorisée qui exécute les numéros de la combinaison. Quatre millions en billets de 10 000 et de 5 000 francs sont enfouis dans une serviette.

Année 1975, infanticide jugé à Chartres, à l’aune de la loi Veil

le 23 septembre 1975, Martine V. quitte la prison où elle est incarcérée depuis seize mois, c’est pour affronter la cour d’assises. La jeune femme de 26 ans doit répondre d’un infanticide commis le 20 avril de l’année précédente.

<<Retour à la carte