Activités

Manifestation du 31 juillet 2021 à Marseille

Le général manifeste

Slogan

Fin de cortège

On ne voit plus grand monde de connu,  mais c’est égal. Comme chaque Samedi, nous avons été présents à la manifestation à Marseille.

 

Compte rendu du samedi 28 août 2021

Avons démarré du Vieux Port à 14H.  Remonté entièrement la Canebière;  le Bd de la Libération; puis le Bd Philipon. Arrivés sur le Jarret, direction Sud; halte de près de 3/4 d’heure devant l’IHU avec soutien appuyé à RAOULT (non présent); redescente du Bd Baille (il y a eu un arrêt de 20 mn env. à Castellane).

Puis mon genou ne me permettait plus de marcher, avons pris le Métro, et descendu à la SAMARITAINE. Où nous avons pris un rafraichissement, et avons discuté.

Puis, le cortège arrivé vers 18H, s’est massé sur le V.Port.  Au préalable, un nombre impressionnant de fourgons de police avait pris position, interdisant d’aller vers la mairie. Jusque là, rien que de plus normal.

Par contre, les policiers qui faisaient barrages sur le quai, étaient en « costume de combat », ce que je n’avais jamais remarqué lors des manifestations précédentes.

Les manifestants sont donc restés sur place, et on pourrait dire que les choses allaient bon train, sans excès apparents, hors mis les chants, sirènes, cornes, sifflets, etc.  Durée: 30 à 40 mn.

 

Puis les policiers, sans doute sur ordre, ont commencé à avancer en rang serré vers les manifestants, les refoulants vers la Canebière. Arrivés à cet endroit, des grenades lacrymo, ont commencé à être jetées, et la manifestation a été disloquée.  Il y avait un grand nombres de policiers.

Une vingtaine de mn après, lentement, ces derniers, ont  entrepris de retourner à leur lieu de départ, c’est à dire étalés vers la Mairie, depuis la Rue de la République. Durant ce retrait, un piéton (sans doute un manifestant) complètement isolé, traversant la chaussée, entre l’Eglise des Prêcheurs et le quai du vieux port, a été soudainement assailli par une dizaine de policiers qui l’ont littéralement massacré. Plusieurs sur lui au sol, durant une, deux, trois minutes (?!?!) difficile à évaluer sur le moment chargé d’émotion. Et cet évènement a eu pour conséquence de faire monter la tension des quelques manifestants alentours. Finalement, celui que  -de bonne foi –  j’appellerais la victime, a été chargé sans ménagement dans le fourgon, parti en trombe dans la Rue de la république.

La distance entre cet évènement et moi, était d’environ une trentaine de mètres (assis à une table de la Samaritaine, je m’étais levé, lorsque les policiers partaient à la charge, et suis resté debout à observer, jusqu’à l’incident que j’ai vu de mes propres yeux).

J’affirme ne pas avoir aperçu de comportement condamnable envers les policiers, lorsqu’il traversait seul, la chaussée.

Tout laisse à penser, qu’il a été pris pour cible, sur ordre,  par dessin des hautes autorités, voulant amorcer une campagne de dénigrement des MANIFESTATIONS visant à les décrédibiliser.

On en n’est pas encore à l’époque de CASTANER envoyant les Blacks-Blocks contre les GILETS JAUNES, mais ça pourrait bien être une indication de départ !!!

Marie Thé et moi, sommes rentrés, et arrivés à SAINT CHAMAS à 19H50.