Une association LGBT attaque Le Robert en ligne : le mot « famille » parlait d’un père et d’une mère…

On l’a échappé belle. Sans la vigilance de l’Association des familles homoparentales (ADFH), c’était le drame. Je ne sais pas si vous mesurez bien à côté de quoi nous venons collectivement de passer : je vous invite, pour cela, à consulter le replay de BFM TV. On y apprend que Le Petit Robert en ligne proposait (on a peine à le croire) cette définition du mot « famille » : ensemble des personnes vivant sous le même toit, en particulier le père, la mère et les enfants.

Aïe aïe aïe… un papa et une maman… on commence comme ça et on termine par Hitler. C’est, en creux, ce qu’a suggéré l’ADFH, qui a envoyé le tweet suivant :

On note le clin d’œil, menace voilée et souriante de notre époque d’emojis à double sens. Manière d’établir une connivence mais aussi de signifier : « C’est peu rétrograde, si tu vois ce que je veux dire. Et tu sais ce qu’on leur fait, aux rétrogrades. » Message d’ailleurs reçu 5/5 par la directrice du dictionnaire, qui se répand en excuses : le dictionnaire papier est remis à jour régulièrement, on ne comprend pas, c’est le drame, vraiment désolé, croyez bien, sachez qu’à l’avenir, tout ce qui est en mon pouvoir, etc.

On ne va pas citer pour la millième fois Albert Camus sur le fait de mal nommer les choses. Laissons au camp d’en face les citations de terminale générale que les filles de ma génération écrivaient au Stabilo™ sur leurs cahiers de textes. Il y a une  postmoderne de ce qu’on appelle les définitions circulaires. Je vous suggère, à ce propos l’excellent documentaire américain What is a woman?, qui s’intéresse au phénomène trans. Le réalisateur pose à des « transgenres », à des activistes et à des psy progressistes la question « Qu’est-ce qu’une femme ? » L’un.e d’entre elleux, pour parler leur langage, répond « C’est quelqu’un qui se définit comme une femme ». Il embraye : « OK, mais qu’est-ce qu’une femme, du coup ? » « Erreur 404 » en face de lui. Définition circulaire, c’est-à-dire absence de définition. Ainsi, dans le cas qui nous intéresse, de la famille.

Une famille, c’est quoi, alors ? Un agrégat de gens qui se définissent comme famille. Et puis voilà. Le Petit Robert peut dormir tranquille. Au passage, l’ADFH stigmatise les familles nombreuses en faisant allusion à « un père, une mère et cinq enfants ». Pourquoi cinq ? Parce que c’est beaucoup, je suppose, et que c’est donc rétrograde. Ceux-là, les papa-maman-beaucoup de gosses, on peut s’en moquer, c’est gratos et ce n’est pas pénalement répréhensible.

L’écrivain américain d’anticipation Ray Bradbury n’aurait pas pensé à ça : il n’y a plus besoin de brûler les dictionnaires, quand on s’arrange au préalable pour qu’ils ne définissent plus rien. La famille, on peut au moins se mettre d’accord là-dessus avec nos contradicteurs, est la cellule de base de la société. Mais qu’est-ce qu’une société, quand on n’y partage même plus le sens des mots et que toute communication y devient, de fait, impossible ?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *