Les pauvres doivent vivre pauvrement, selon les ordonnances de Macron

Vivre sobrement en énergie ! Les ordonnances de Macron promulguent des consignes imposées aux pauvres pour ne plus se chauffer. Que signifient les mots : vivre sobrement pour les autres ? Le problème est que, quoiqu’ils aient du mal à se chauffer, beaucoup de pauvres ne se sont jamais sentis convaincus par les mensonges de Macron. Ils n’ont jamais été surpris dans des habitations surchauffées en plein hiver. Pourtant, ils n’ont jamais manqué une journée de travail, malgré les difficultés à trouver du carburant pour leur voiture.

En clair, pour Macron, la plupart de ces pauvres sont des gaspilleurs d’énergie qui s’ignorent.

C’est le résultat du déni de Macron, qui fait partie constitutive des mensonges de la macronie vulgaire et c’est aussi ce qui fait obstacle aux consignes imposées pour les pauvres pour ne plus se chauffer en hiver.

Les fausses justifications de Macron rappellent sa volonté d’emmerder les Français non-vaccinés.

Pour Macron, des tas de gens ne parviennent absolument pas à contrôler leur consommation de gaz et d’électricité. Macron n’est pas comme eux, assurément. Il n’a aucun mal à défendre la gabegie de l’Élysée, pour des repas somptuaires qui ne sont pas sans rappeler l’affaire des homards géants et des grands vins pour les dîners du président de l’Assemblée nationale. Chacun de ceux qui sont aujourd’hui au pouvoir n’a-t-il pas le droit de se chauffer et de se détendre en buvant des grands vins pour agrémenter des dîners de rois ?

Pourtant, la plupart de ceux qui sont au pouvoir souffrent de cette maladie appelée égoïsme et des millions de personnes souffrent anormalement de cette maladie égoïste des gouvernants LaREM socialistes.

Le fait est que le mythe des habitations surchauffées en plein hiver peut vous attirer bien des ennuis. Il s’ensuit que le fait de ne pas se chauffer du tout, c’est-à-dire de vivre sobrement, constitue le seul point de départ pour sauver le pays. Notre façon de vivre est liée à un grand nombre d’habitudes qui concernent notre manière de penser, de ressentir les événements, notre façon d’agir, les activités que nous poursuivons.

C’est pourquoi, à force de ne plus pouvoir nous chauffer, nous avons enfin compris que nos habitudes anciennes devaient faire place à des habitudes nouvelles. Cela signifie que nous devons d’abord changer nos habitudes et apprendre à vivre en pull en col roulé, sous la couette et sans chauffage : un tel changement est indispensable afin de pouvoir acquérir de nouvelles habitudes de sobriété énergétique, de nouvelles façons d’agir et de penser pour les pauvres. Les bonnes intentions ne suffisent pas, il faut les mettre en pratique.

Malgré cela, pour les pauvres, se contenter d’arrêter de se chauffer ne suffira pas. La règle est de vouloir vivre sobrement à chaque instant. Il faut vouloir sincèrement apprendre à éviter ces situations qui nous incitent à chauffer nos maisons et compromettent d’une manière ou d’une autre le rétablissement du pays.

Les pauvres savent que la macronie est un mal permanent et irréversible. Forts de leur expérience, ils savent que Macron défend le droit d’emmerder les Français. Ils ont constaté qu’il était plus pratique et plus avantageux pour Macron de déclarer la nécessité de vivre sobrement pour les autres et en même temps de continuer la gabegie de l’Élysée. Chacun sait que l’échec est prévisible dans le diktat d’arrêter de se chauffer pour toujours. Le but est de devenir enfin libre de ne pas chauffer son habitation volontairement.

Ce qui signifie être libre de l’obsession de chauffer son habitation et être enfin guéri de la folie de vouloir vivre au chaud chez soi. Pour les pauvres qui ont déjà du mal à se chauffer, ce n’est pas simple de vivre en s’apitoyant sur son sort, de se plaindre à tout venant et de se lamenter pour sauver le pays !

Un problème est que notre jugement a été altéré par l’obsession du confort. C’est pourquoi nous nous sentons frustrés et aigris de ne plus pouvoir nous chauffer comme avant. Certains veulent croire en l’effet magique des consignes imposées par Macron pour les pauvres pour ne plus se chauffer et qui proposent de façon mensongère aux pauvres de redevenir ces consommateurs sociaux, normaux et modérés en énergie.

Comme tromperie à laquelle les pauvres doivent croire, ce n’est ni la première, ni la dernière, à être mise sur le marché par les politiciens véreux, depuis des siècles. Un membre des LaREM a déclaré : « Si vous tenez à bien vous porter, restez abstinent, arrêtez le chauffage et ainsi vous continuerez à vivre sainement ».

Les macronistes souffrent d’un mal incurable, virtuellement mortel, appelé le mensonge. Et au lieu de nous obstiner à les croire, nous préférons adopter un mode de vie sans nous soumettre à leurs diktats.

Nul ne sait exactement pourquoi certaines personnes se soumettent et d’autres pas. La plupart des pauvres doivent consentir à vivre sans se chauffer. Ils se sentiront plus à leur aise. Macron veut contraindre notre manière de vivre et nous soumettre après l’incurie du Covid. Le premier pas vers le salut, c’est tout simplement de ne pas écouter Macron. La plupart des pauvres n’aiment pas entendre Macron critiquer leur façon de vivre et d’exister. C’est pourquoi, quand Macron se hâte d’exposer les raisons pour lesquelles les pauvres ne doivent plus se chauffer pour sauver le pays, il croit prévenir toute critique et toute protestation.

Beaucoup de pauvres comprennent le problème pour avoir eux-mêmes connu des difficultés à se chauffer. Les pauvres sont des gens familiers de ces problèmes et capables de se priver sans devoir céder trop facilement à ce besoin de nous apitoyer sur notre sort. Nous chauffions notre habitation dans l’espoir de nous sentir mieux ou moins malades, pour nous-mêmes et pour nos enfants. Des milliers d’entre nous ont usé de toutes sortes de sédatifs et de tranquillisants pour calmer nos états dépressifs, pour nous aider à dormir, pour nous transporter sur des vagues de félicité… Il est évident que le besoin de tranquillisants, modifiant le comportement psychologique, peut s’enraciner profondément chez ceux qui sont désespérés.

Nous sommes convaincus que nous avons acquis une propension à la soumission, et notre commune expérience confirme cette opinion. C’est pourquoi nous nous montrons particulièrement méfiants envers les mensonges de Macron. Il est clair que la macronie vulgaire constitue un danger indéniable, et nous en avons eu la preuve à maintes reprises. Et si nous nous soumettons, nous en arriverons probablement à trouver plus commode de vivre soumis. La riposte agit pour l’acceptation de la réalité dans le respect du principe de vérité et d’honnêteté, car chacun sait que la macronie est la maladie du mensonge et de la dissimulation.

On sait que la folie de la soumission est aggravée par les réactions de frustration qui entretiennent la rage contre soi-même et contre les autres. C’est pourquoi il faut agir pour la libération de la folie macroniste.

Avec Éric Zemmour : Nous devons reprendre le contrôle de notre pays !

Thierry Michaud-Nérard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *